Aurore Levasseur

aurore levasseur

Dans sa peinture, Aurore Levasseur déjoue l’absence de représentation du corps des femmes rondes dans le monde actuel et la perception qu’on en a en le transposant dans des compositions figuratives intemporelles.
Il ne s’agit pas de fétichiser un type de corps mais plutôt de porter sur lui un regard plus glorieux. Un regard de tendresse, d’amour, de sensualité et de confiance mais aussi de tension, de souffrance et de force, autant de qualificatifs qui ont habituellement trait aux héros.

Et quoi de mieux que les mythes et les contes pour parler des héros ? L’histoire de l’art est riche en scènes inspirantes, démiurges auréolés, martyres encensés, déesses et muses. Mais à notre époque l’humain a perdu sa magie, le corps des femmes rondes est stigmatisé et la féminité toujours codifiée. Dans le projet au long cours «Mythologies du corps féminin», dont un premier volet d’exposition s’est tenu à la galerie Untitled Factory à Paris en mai 2019, la sélection visait à faire resurgir ce qu’il y a de beau, de fort et de sacré dans le féminin et dans sa chair. C’est sur cette thématique qu’Aurore Levasseur poursuit sa création, intégrant des figures issues de contes populaires comme de scènes mytho- logiques, proposant chaque fois plusieurs visions de la féminité.

Diplômée en 2016 avec mention de l’école supérieure d’art et design de Rouen, Aurore Levasseur a également bénéficié d’une période d’études à l’académie des beaux-arts de Palerme en Italie. A l’issue d’une résidence d’artistes à la villa Calderón, son travail a été exposé au Musée municipal de Louviers en 2017. En 2018 la galerie 75 à Rouen lui offre sa première exposition personnelle. La même année elle participe au concours « Le Grand nu », organisé par Life Drawing Montmartre dont elle décroche le premier prix et une exposition personnelle à la galerie Untitled Factory : « Mythologies du corps Féminin » vol.1.

Aurore Levasseur travaille dans son atelier au sein du Terminal 37, à Rouen

Les oeuvres exposées à l'Expo Art&Bus 2021

Medusa I_2018_6F

Medusa

6F

Collection particulière. Est un autoportrait dans lequel je me suis travestie en Gorgone à l’aide de bigoudis. Ce tableau est typique de mes compositions où la banalité du réel vient croiser les mythes. Une façon de sacraliser le quotidien ?

 

Le Cygne fromLenoirwithLove

Le Cygne

50 x 31 cm

Première étude d’après des peintures classiques _voire académiques_ recardées. Lorsque j’effectue des études, je garde systématiquement un espace pour la palette en marge, ainsi on peut suivre l’évolution des couleurs utilisées dans la peinture. Pour moi c’est une mise en abîme de la création, en plus d’une démarche esthétique.

Portrait de jeune femme en fleurs Frombouguereauwithlove

Portrait de jeune femme en fleurs

35,5 x 28,5 cm

Seconde étude d’après des peintures classiques _voire académiques_ recardées. Lorsque j’effectue des études, je garde systématiquement un espace pour la palette en marge, ainsi on peut suivre l’évolution des couleurs utilisées dans la peinture. Pour moi c’est une mise en abîme de la création, en plus d’une démarche esthétique.

 

JEU-CONCOURS :
Où sont exposées ses oeuvres ?